Aperçu du site archéologique

Le site d'Ucanal est appelé K'anwitznal ou «Lieu de la colline jaune» dans les textes hiéroglyphiques de la période classique (vers 300-830 de notre ère). Cependant, son occupation date au moins de la période Préclassique Moyenne (environ 700-300 avant notre ère) et continue d'être habité dans le village actuel de Pichelito II, et en tant que parc national géré par l'Institut guatémaltèque d'Histoire et d'Archéologie (IDEAH). C'est au cours de la période Classique Tardive (environ 600-830 de notre ère) et du Classique Terminal (vers 830-1000 de notre ère) que le site d'Ucanal était à son apogée, avec un peuplement s'étendant sur 26 km2 et un noyau urbain d'environ 7,5 km2. Le site est situé sur la rivière Mopan dans l'Est du Petén, au Guatemala, lui donnant une position stratégique pour contrôler les routes commerciales et nouer des alliances avec les peuples alentours, dans ce qui est maintenant le Bélize, la côte Caraïbe, les monts Mayas au Sud-Est, et par des routes terrestres vers le Sud du Petén et les régions des hautes terres au Sud et à l'Ouest.  

 

Contrairement à d'autres sites des basses terres mayas du Sud, qui ont été en partie abandonnés ou dont les dynasties royales se sont effondrées pendant le Classique Terminal (vers 830-1000 de notre ère), Ucanal est restée une ville prospère et une capitale de la politique K'anwitznal. Auparavant, au cours de la période Classique, le régime était pourtant subordonné à un certain nombre de sites différents: la puissante ville de Tikal au Classique Ancien (environ 300-600 de notre ère), Naranjo entre les 7e et 8 siècles, et Caracol pendant une courte période vers l'an 800. Ces relations politiques sont principalement connues grâce aux textes hiéroglyphiques présents sur les monuments en pierre au sein de ces sites dominants, plutôt qu'à travers des témoins traduisant la vision des rois, reines et scribes K'anwitznal.

 

C'est au cours du Classique Terminal que le système politique de K'anwitznal apparaît comme une puissance politique indépendante à mesure que ces anciennes superpuissances s'affaiblissent. Mais quels changements ont été mis en œuvre durant cette période?

 

L'un des changements majeurs survenus au cours du Classique Terminal a été l'abandon des démonstrations manifestes et ostentatoires de richesse et de statut. Les habitants d'Ucanal ont cessé de construire le type de temples et palais en murs de maçonnerie et toits de pierre voûtés, alors que d'autres types de bâtiments de maçonnerie plus anciens (construits à la fin de la période Classique) ont continué à être utilisés. Au Classique Terminal, les bâtiments avaient des fondations en pierre, des murs en bois périssable et des toits de bois et de chaume. Ainsi, bon nombre des plus hautes élites semblent avoir vécu dans des bâtiments avec un toit de chaume comme le reste de la population. En outre, de nouveaux temples circulaires et semi-circulaires avaient des fondations en pierre, avec les murs et le toit en bois et en chaume.

 

Pendant la période du Classique Terminal, de nombreux types de projets de construction étaient en cours. Non seulement la plupart des ménages ont procédé à des rénovations de leur logement, mais de grands projets de travaux publics ont été entrepris. L'un des bâtiments publics nouvellement construits à cette période est un grand terrain de jeu de balle (Ballcourt # 1) situé dans le groupe A du site archéologique, qui était l'un des trois terrains de jeu de balle présents sur le site. Il faisait 40 m de long (on compte 54,5 m de long si l'extrémité fermée de l'allée de jeu est incluse), ce qui est plus grand que la plupart des terrains de jeu de balle trouvés dans les basses terres Mayas du Sud.

 

Un autre projet de construction sur le site d'Ucanal au Classique Terminal concerne des projets d'infrastructure publique pour la gestion de l'eau. Les habitants d'Ucanal ont construit de nombreux grands canaux de drainage d'une longueur comprise entre 400 et 650 m. Fait intéressant, ils n'ont pas été conçus pour conserver l'eau dans des réservoirs. Au contraire, ils débutent dans les zones élevées du site (très peuplées) pour finir vers la rivière Mopan. En tant que tels, ils servaient de canaux de crue capables de drainer la ville de son excès d'eau, lors de fortes pluies. De telles caractéristiques auraient ainsi empêché l'accumulation d'eau stagnante, l'occurence de lieux de reproduction de moustiques et la transmission de maladies. Le long des canaux, les habitants ont construit plusieurs barrages pour ralentir l'écoulement de l'eau et éviter l'érosion. Ces caractéristiques suggèrent que les Mayas ont non seulement été confrontés à des épisodes de sécheresse pendant le Classique Terminal, comme l'ont souligné les études paléoenvironnementales précédentes, mais que des années de sécheresse ont pu être entrecoupées d'années de fortes pluies, d'ouragans et de tempêtes. De tels plans et investissements dans les infrastructures pour faire face aux fluctuations climatiques irrégulières, peuvent avoir contribué à promouvoir une meilleure longévité de la ville.

 

De plus, durant le Classique Terminal, les habitants d'Ucanal ont forgé de nouveaux réseaux économiques, créé de nouvelles alliances et adopté des expressions politiques de peuples éloignés. Des influences étrangères, telles que l'utilisation de propulseurs de lance (ou atlatls) de style mexicain central, sont notées sur les monuments en pierre d'Ucanal qui représentent les dirigeants K'anwitznal de la période du Classique Terminal. Il s'agit notamment des stèles 4 et 29 récemment découvertes. Les objets du quotidien utilisés par les gens communs attestent aussi d'influences étrangères présentes à Ucanal. On remarque un meilleur accès des habitants aux manos et metates typiques des régions montagneuses du Guatemala. Ils ont également commencé, pour la première fois dans l'histoire du site, à faire griller des aliments sur des comales, du matériel de cuisine bien connu du centre du Mexique à partir de la période Préclassique Tardive. Dans la région Maya, alors que la fabrication des tamales a une longue histoire remontant au début de la période Classique, sinon beaucoup plus tôt, les tortillas et autres aliments produits grâce aux comales sont devenus plus populaires à la fin de la période Classique et au cours du@@ Postclassique (vers 1000-1521 de notre ère). La faible occurence des comales sur le site d'Ucanal suggère en revanche que durant le Classique Terminal, les types d'aliments associés à ce matériel étaient des mets spéciaux ou festifs, pour certaines occasions, plutôt que des préparations de tous les jours.

 

Au cours de la période Postclassique (vers 1000-1521 de notre ère), l'occupation du site d'Ucanal diminue considérablement. Néanmoins, certaines résidences continuent d'être occupées et les activités cérémonielles dans les espaces de plaza et les bâtiments monumentaux se poursuivent. On en sait moins sur le site durant la période de contact, lorsque les royaumes Mayas de la région des lacs Petén, juste au Nord-Ouest d'Ucanal, résistent activement à la domination espagnole (vers 1521-1697 de notre ère). Au cours de cette période, ainsi que des périodes historiques ultérieures de développement colonial et national, la région était peuplée de Mopan Mayas et de Chinamitas, une branche de Mopan Maya, moins connus des documents historiques. Aujourd'hui, les Mopan Maya sont présents dans la zone des frontières du Petén, du Guatemala et du Belize, et divers nouveaux arrivants, en particulier des hauts plateaux du Guatemala, ont élu domicile dans ce qui est maintenant connu sous le nom de vallée de la rivière Mopan.